Votre auto-école, FLAM Conduite
vous accueille à Chevrières

Le permis B permet la conduite :

- des véhicules automobiles ayant un poids total autorisé en charge (PTAC) qui n'excède pas 3,5 tonnes, affectés au transport de personnes et comportant, outre le siège du conducteur, huit places assises au maximum, ou affectés au transport de marchandises, ainsi que les véhicules qui peuvent être assimilés aux véhicules précédents et dont la liste est fixée par arrêté du ministre chargé des transports.
Véhicules mentionnés à l'alinéa précédent attelés d'une remorque lorsque le poids total autorisé en charge (PTAC) de la remorque est inférieur ou égal à 750 kilogrammes.
                               
- des véhicules attelés d'une remorque lorsque le poids total autorisé en charge (PTAC) de la remorque est supérieur à 750 kg, à condition que la somme des masses en charge maximale de la voiture et de la remorque ne dépasse pas 3,5 Tonnes.

Examen pour l'épreuve théorique

Le candidat doit répondre à 40 questions qui portent sur les règles du code de la route, les grandes problématiques de la sécurité routière (l'alcool, la vitesse, l'accident...), l'éco-conduite... Il faut répondre correctement à au moins 35 questions.

Examen pour l'épreuve pratique

Le candidat doit conduire le véhicule, sous l'œil de l'avis d'un expert (l'inspecteur des permis de conduire), pendant 25 minutes. Le parcours alterne la conduite en agglomération et la conduite en rase campagne.
Le candidat devra en outre répondre à 2 questions, une concernant les vérifications intérieures et l'autre sur les vérifications extérieures.
2 manœuvres jalonneront le parcours, dont au moins une marche arrière. Une manœuvre sera ordonnée par l'examinateur et l'autre à l'initiative de l'élève.
Une phase de conduite en autonomie d'une durée de 5 minutes permettra d'apprécier l'aptitude du candidat à suivre un itinéraire seul.
Deux autres compétences seront par ailleurs évaluées, tout au long de l'examen pratique ; la conduite économique et la courtoisie au volant.
N.B. A partir du 01 janvier 2004 il faut être titulaire de l'attestation scolaire de sécurité routière de deuxième niveau (ASSR 2) ou de l'attestation de sécurité routière (ASR) pour l'obtention des catégories A ou B du permis de conduire.

Les formations au permis B
 
La formation traditionnelle :
                              
Le candidat s'inscrit à partir de 17 ans et demi et prépare les 2 épreuves du permis de conduire ; Il pourra se présenter à l'épreuve théorique avant 18 ans et à l'épreuve pratique à partir de 18 ans.

20 heures de leçons pratiques sont obligatoires, mais il faut savoir qu'en moyenne 35 heures sont nécessaires pour être prêt à présenter l'épreuve avec de forte chance de succès.

La formation en Apprentissage Anticipé de la Conduite :
                              
Le candidat s'inscrit à l'auto-école à partir de 15 ans. Il va suivre une formation initiale (obtention de l'examen théorique général et formation pratique) avant de conduire pendant un an au minimum accompagné de conducteurs confirmés.
                              
Durant cette phase de conduite accompagnée l'apprenti conducteur doit parcourir au moins 3000 kilomètres.  Deux rendez-vous pédagogiques vont jalonner cette phase de construction d'expérience, à l'auto-école, pour débattre de problématiques importantes concernant le risque routier : l'alcool, la vitesse, la fatigue, les assurances. Au terme de cette phase accompagnée l'apprenti conducteur se présentera à l'épreuve pratique du permis de conduire.Outre le fait que le taux de réussite au premier passage est supérieur à celui obtenu en ayant suivi une formation traditionnelle, le futur conducteur bénéficiera d'une réduction de la prime d'assurance pour son véhicule.

L'apprenti conducteur ayant réalisé sa période de conduite accompagnée pourra se présenter à l'épreuve pratique du permis à compter de 17 ans et demi. En cas de réussite il se verra délivrer un CEPC avec la mention "Vaut titre de conduite à compter du" renseignée de la date d'anniversaire des 18 ans de l'intéressé.
De 17 ans et demi à 18 ans il pourra continuer à conduire accompagné et ne pourra conduire seul qu'à compter de ses 18 ans. Son CEPC sera valide 4 mois, à compter de la date donnant droit à conduire seul.
 
 
La conduite supervisée

 
Elle permet aux élèves conducteurs de 18 ans minimum de conduire avec un accompagnateur avant tout passage de l'épreuve pratique de l'examen du permis de conduire ou après un échec à cette épreuve.

Elle comprend 2 phases :

- une phase de formation initiale de 20h minimum en école de conduite
- une seconde phase d'acquisition d'expérience de la conduite avec un ou plusieurs accompagnateurs

Plusieurs conditions doivent être remplies pour suivre cette formule :

- avoir 18 ans minimum
- avoir réussi l'épreuve théorique générale de l'examen du permis de conduire
- avoir réussi l'évaluation de fin de formation initiale
- avoir participé à un rendez-préalable avec un enseignant de la conduite en présence de l'accompagnateur
- durant la phase de conduite supervisée, l'élève doit parcourir une distance minimale de 1000 km 
L'accompagnateur doit être titulaire du permis de conduire depuis au moins 5 ans sans interruption.

Avant l'inscription à l'École de Conduite, une évaluation de départ obligatoire et imposée par le Ministère des Transports est à effectuer.
Dans notre école de conduite, cette évaluation se déroule en voiture en présence d'un enseignant de la conduite
A la fin de l'évaluation un volume prévisionnel de leçons est proposé

N.B. : La durée de la formation peut varier d'un élève à l'autre. Il faut toutefois noter qu'actuellement la durée moyenne nationale de formation est d'environ 38 heures avant la première présentation à l'examen pratique.



 



STAGE DE RECUPERATION DE POINTS: N'hésitez pas à vous renseigner sur les démarches à suivre auprès de notre auto-école
 
Les conditions pour suivre un stage
 
Connaître son solde de points. Vous venez de commettre une infraction, ne vous précipitez pas pour faire un stage !!! Votre infraction doit d'abord être enregistrée pour que les points soient effectivement retirés. Il s'écoule parfois un laps de temps assez important avant que les points ne soient retirés. Il n'y a pas de prescription en la matière, les points peuvent être retirés plusieurs mois après l'infraction.

Le conducteur peut accéder aux informations administratives concernant son permis de conduire.

Le relevé intégral d'information est le document de référence de la situation administrative de votre permis de conduire. Le relevé intégral d'information retrace l'historique de votre permis de conduire depuis votre inscription en Préfecture à l'examen du permis de conduire.


Le Relevé d'Information Intégral indique :

- le nombre de points restant sur le permis de conduire
- la validité du permis de conduire
- le relevé des infractions enregistrées avec la date de retrait des points
- les visites médicales
- les stages de récupération de points
- l'envoi de lettre 48M, 48N ou 48 Si
- les codes de consultation sur telepoints.info

Consultation du fichier à votre initiative pour les permis à douze points.
 
L'automobiliste reçoit du Ministère de l'Intérieur un document réf 48 l'informant de la perte de points.
Dans ce cas, il est important de connaître son capital point afin de répondre aux conditions suivantes :

- ne pas avoir suivi de stage analogue moins de 1 an avant la date du prochain stage
- disposer au minimum d'un point sur votre permis de conduire à la date du stage
- avoir effectivement perdu des points à la date du stage

Le stage de sensibilisation à la sécurité routière permet de récupérer 4 points au maximum. Le nombre de points, après récupération de points à la suite du stage de récupération, est en effet limité à 12 (6 en période probatoire).
Attention il existe des délais entre la perte de points et son imputation sur le fichier national puis le courrier en informant le conducteur. Ainsi un conducteur peut avoir perdu juridiquement l'ensemble des points sans que cela ne soit encore inscrit sur le fichier national des permis de conduire et sans que les points relatifs à un stage de récupération puissent être crédités.
C'est le capital point, tel qu'il figure au fichier national des permis de conduire, qui fait foi.

Il appartient au conducteur, de se rendre personnellement dans toute préfecture ou sous-préfecture afin de vérifier quel est son solde actuel de points.

Cependant depuis le premier avril 2007, les conducteurs ayant atteint le solde de six points ou dépassé ce seuil reçoivent une lettre du ministère qui n'est pas la lettre référence 48 mais la lettre référence 48 M en recommandé simple (sans avis de réception).
Cette lettre en plus de vous informer de votre solde de points vous communique vos codes confidentiels qui vous permettront de consulter votre solde de points sur le service mis en place à cet effet.

  Pour les permis probatoire :
 
Dans le cas où vous avez perdu 1 ou 2 points, le stage n'est pas obligatoire. Il ne le sera que lorsqu'une infraction ayant entraînée une perte d'au moins trois points aura été commise.
Il est néanmoins possible de suivre un stage de sensibilisation à la sécurité routière qui vous permettra de remonter au plafond maximum de six points.
Cette démarche peut alors sauver votre permis.
Exemple : vous perdez 2 points suite à un excès de vitesse inférieur à 20km/h. Votre solde est alors de quatre points. Le stage n'est pas obligatoire mais peut devenir nécessaire si vous commettez une infraction qui va vous faire perdre quatre points (feu rouge fixe, stop... )
Cette infraction entrainera la perte totale de points, votre permis sera donc invalidé. Dans ce cas vous effectuez un stage qui ne vous fera récupérer que deux points (plafond de six) mais qui permettra de conserver un solde de deux points après avoir perdu les quatre points. Le permis sera donc sauvé.
L'infraction ayant entraîné un retrait de quatre points rendra le stage obligatoire (infraction d'au moins trois points, stage obligatoire) ce stage ne vous fera pas récupérer de points dans la mesure où vous venez d'en effectuer un depuis moins de deux ans. L'amende sera néanmoins remboursée.
Attention, si dans une période de 2 ans après avoir suivi un premier stage, vous êtes dans l'obligation d'en suivre un à nouveau, l'amende vous sera remboursée mais vous ne pourrez pas prétendre à récupérer des points.